La qualité des eaux du Bassin d'Arcachon en débat

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

20101026_asso_eaux_bassin_aquitaineLe 26 octobre 2010, l'Association de défense des eaux du bassin d'Arcachon a tenu son assemblée générale. Elle s'est déroulée en présence de Jacques Chauvet, conseiller général, d'Élisabeth Rezer Sandillon, représentant Marie-Hélène des Esgaulx, sénateur-maire, de Roger Kantin, directeur de la station Ifremer d'Arcachon, de Jean-Charles Mauviot, directeur de la SRC, représentant Olivier Laban, président des ostréiculteurs.

Dans son rapport moral, le président Jean-Claude Daisson a évoqué six sujets préoccupants pour l'association qui œuvre pour conserver la qualité des eaux du bassin d'Arcachon.

Tour à tour, il a fait le point sur les fermetures du Bassin, la mortalité des huîtres et le manque de naissain, les peintures anti- salissure, l'urbanisation et l'aménagement des réseaux d'eaux usées.

Concernant les peintures anti-salissures et leur effet sur les naissains, les pesticides qui y sont contenus tels que le Duron et l'Irgarol sont au centre des débats. « Il existe des indices mais pas de véritables preuves», explique le président, avant que Roger Kantin, Directeur de l'Ifremer d'Arcachon ne précise : « La relation directe n'est pas reconnue scientifiquement». L'association a adressé des courriers au préfet, et à Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie pour sensibiliser sur le problème. « Nous attendons des réponses, la balle est aujourd'hui dans le camp du préfet. » De son côté, Roger Kantin souligne que l'Office de recherche sur les pesticides mene des expertises pour interdire l'Irgarol mais qu'à ce jour rien n'est acté. « Il va être pris en compte comme substance prioritaire dans le plan eau. Mais Il faut porter notre attention sur les autres pesticides utilisés notamment dans les campagnes de démoustication; il y a peut-être à ce jour d'autres substances non connues. »

 

Par ailleurs,  l'étude " L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU NAUTISME", réalisée à la demande de la Confédération européenne des industries nautiques en septembre 2007 relevait : "Contrairement aux idées reçues, la pollution marine provient essentiellement de sources telluriques. Près de 80% de la pollution marine est causée par divers types de rejets et émissions générés par des activités terrestres humaines. L’ensemble des activités maritimes, y compris le transport et l’exploitation pétrolière, représente seulement 12% de la pollution marine."


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

feed-image Flux RSS
Copyright © 2018 Naviguer En Nouvelle-Aquitaine, La Terre Océane - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Contrat Creative Commons